mercredi 15 octobre 2014

L'ombrelle



[...] 
Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l’astre irise…
C’est l’heure exquise.
Paul Verlaine, La Bonne Chanson

19 commentaires:

  1. Mais de quoi donc une ombrelle protège-t-elle la nuit ?
    Paradoxe Célectinien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. faut faire attention au coup de lune !!

      Supprimer
    2. L'ombrelle protège ses frêles épaules de l'humidité ambiante.

      Supprimer
    3. @ AlainX : "...de quoi donc une ombrelle protège-t-elle la nuit ?"
      Mais de la bise, mon cher, de la bise...
      :o))

      Jdirien

      Supprimer
  2. C'était une fille bizarre, elle se promenait nue la nuit dans son jardin, avec pour toute parure, des escarpins rouges, et une ombrelle assortie...

    http://youtu.be/DM2177pHMT0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah bon tu as eu la version NUE du dessin ?
      Veinard !!

      Supprimer
    2. Dites donc vous deux, c'est pas bientôt fini ces supputations parfaitement gratuites ?
      Bon si vous êtes bien sages, le vent soulèvera peut être sa robe...
      :-)

      Supprimer
    3. J'ai rien dit...20 octobre 2014 à 06:02

      Waow !

      Supprimer
    4. J'entends bien, not'fée, j'entends bien !
      Mais ne sais-tu pas qu'écrivant ainsi tu nous mets sur des charbons z'ardents, que le désir s'accroît quand l'effet se recule... ?
      Alors imagine, l'attente fiévreuse de voir une cheville, ou peut-être même, fol espoir, un mollet !

      Waoow !

      Supprimer
    5. Tu vas même au delà de ta parole puisque le vent n'a pas fait que soulever la robe...

      Supprimer
  3. Ce devait être une échappée de la manif. de Hong Kong( où les parapluies se rebellent!)! Elle préfère prendre le large, et ce n'est pas son ombrelle qui la protégerait d' une "pluie" de bâtons sur ses frêles épaules.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle doit être un peu étudiante chinoise dans sa tête, et pour la volée de bâtons, tu ne crois pas si bien dire...elle a eu à affronter l'ire d'une troupe en colère et elle en est ressortie hébétée par tant de haine...

      Supprimer
  4. L'ombrelle de Celle, mais pas de cane de Jeanne sur l'eau?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A cette heure-là, le volatile a la tête sous les plumes...
      Et pourtant il ne fait pas un froid de canard, à en juger par la robe...

      Supprimer