vendredi 30 mai 2014

La féline


Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin;

Leurs reins féconds sont pleins d'étincelles magiques,
Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,
Ètoilent vaguement leurs prunelles mystiques.


Charles Baudelaire - les Chats

21 commentaires:

  1. Je découvre vos dessins avec grand plaisir. C'est un ravissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, revenez quand vous voulez.

      Supprimer
  2. Un phare, des falaises, un balcon sur la mer, un regard félin...ça me rappelle quelque chose )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un beau rêve que celui de posséder un balcon sur la mer...
      Un jour peut être, quand je serai grande, je me paierai ce luxe.

      Supprimer
    2. Mais vous avez bien mieux madame, deux yeux qui la contiennent tout entière.
      Bon dimanche

      Supprimer
    3. Wouaou! Ça c'est un super beau compliment...même si je ne sais pas a qui je le dois.

      Supprimer
    4. Vous le devez simplement à celui qui vous a donné de tels yeux .....

      Supprimer
    5. "Aurais je été maladroit? Se demanda l'homme. Et puis il remonta dans son étrange équipage tire par des oies sauvages. De là, il pourrait voir deux yrux qui contiennent l'océan et trente paires de petits yeux d'enfants, regarder vers lui pour mieux voir les étoiles.
      Bon voyage, madame la fée.

      Supprimer
  3. Dis moi, Féline...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ....les vannées ont paffé...

      Supprimer
    2. Je n'avais pas jusqu'à présent vu un quelconque rapport ( si je peux m'exprimer ainsi ) avec la complainte des filles de joie. Mais puisque tu le dis...

      Supprimer
    3. Là, je nage en plein brouillard...

      Supprimer
  4. Je comprends (enfin!) ton allusion à ma féline... Comme j'ai manqué tes trois derniers dessins, je ne comprenais pas bien... Mais maintenant, tout s'éclaire de lune...
    Et dans le magasin de magie du samedi les lapins blancs deviennent des chats noirs... Ici, il était de mise le Mysti-noir!
    J'aime beaucoup les petites lumières des villes dans la baie... Je vois la loupiote de la fenêtre de mes parents à Cannes...
    Et tes pierres du mur, et.... et.... t'es géniale!
    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es...t'es...trop gentille, Ep!
      merci merci...un jour on pourrait se voir à Cannes?

      Supprimer
  5. Ce dessin surpasse tous les autres ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Alain! c'est un formidable encouragement...ça me met aussi la pression pour les suivants.
      Je peux te demander en quoi?

      Supprimer
    2. Même si les mêmes thèmes reviennent inlassablement, c'est le plus abouti me semble t-il, le plus inspiré probablement. Tout est réussi. On a envie de caresser le chat, de toucher les cheveux, de sauter le mur. On avait pas cette sensation jusqu'à présent. Même les oiseaux sous la lune sont très réussis. Ils la font presque sourire d'ailleurs.
      Seul le voilier à coté du chat semble en papier. En tout cas j'y monterai pas dessus, pas sur qu'il y ait suffisamment de place ;)

      Supprimer
    3. Je partage totalement l'avis d'Alain : la notion d'épaisseur et de profondeur est plus perceptible...
      Du très beau!

      Supprimer
  6. Très belle illustration de ce magnifique poème de Baudelaire!!
    Je te dis à chaque fois le même compliment: j'aime beaucoup la douceur qui se dégage de tes dessins <3

    RépondreSupprimer