lundi 16 décembre 2013

La fontaine


Fontaine aux flots heureux où jouait la lumière,
Éden épanoui sur les vertes hauteurs !
Charles-Marie Leconte de Lisle
(j'aime trop Rimbaud, ça me joue des tours)

14 commentaires:

  1. Ondine ou la petite sirène ?

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Merci, même si ça me met un peu la pression...Vais-je réussir a faire toujours aussi bien?

      Supprimer
  3. Fontaine, fontaine, nous boirions bien de ton eau...


    RépondreSupprimer
  4. Aquarelle très aboutie avec sa tendre touche 'Nymphéas'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très aboutie...voilà un adjectif a la fois flatteur et inquiétant. Peut-être parce qu'il évoque une idée d'achèvement, de bout des choses...

      Supprimer
  5. mais tu vas te geler les pieds et après tu seras enrhumée , lapin ! va réchauffer les petits pieds de Célestine avec ta fourrure ! et pas que les pieds d'ailleurs ! faut bien qu'il serve à quelque chose ce lapin , mais d'ailleurs il n'est pas encore passé à la casserole ?? il a de la chance ! sacré lapin va !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la casserole, mon lapin? Mon lapin blanc tout doux a la fourrure si belle?
      Ça va pas la tête?

      Supprimer

  6. Rimbaud avait-il besoin de cette preuve d'amour aveuglée de passion, chère peintre? L'auteur de ces vers ne serait-il pas plutôt le poète sans prénom, ironie de l'histoire. Ses potes le nommaient Charles mais l'histoire n'a retenu que son nom, à ne pas confondre d'ailleurs avec Rouget de Lisle, qui répondait lui au prénom de Claude. Normal. Natif de Lons-le-saunier, ville toute proche de Saint Claude, ses parents n'eurent pas trop à se tourmenter et plutôt que de choisir Lons s'accordèrent sur Claude. Ah vous savez, les méandres de choses de la vie...
    Ce poète que vous citez, chère peintre, je l'appelais il n'y a pas bien longtemps (au temps où j'étais un écolier chahuteur et fainéant) Le con de Lisle. Ah ces gosses, ces garnements, ces crapules sont sans pitié. Enfin. Vérifiez mais je crois bien que ces vers sont de lui, Charles Leconte de Lisle (1818-1894)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez, je n'en suis plus à une erreur près, cher vigile des blogs poétiques...
      J'ai bien failli faire naître Picasso avant 1875...
      Va pour Leconte de Lisle.

      Supprimer
  7. Vous sortez un peu des sentiers "Saint-Exupéry au féminin". Quand on débute c'est normal, même nécessaire. Beaucoup de grâce dans ce dessin.
    Je prévois de très belles choses, dans les années à venir, si vous gardez ce plaisir.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci merci c'est très gentil a vous de prédire un avenir a mes griffonnages...
      C'est vrai que j'avais hâte qu'on arrête de me parler du petit prince.
      Je laisse juste parler mon cœur et mon subconscient, sans me poser de questions...

      Supprimer